Cette dualité de matériaux incarne de manière puissante le conflit entre le passé et le présent, entre la réalité tangible et la synthèse moderne. Elle soulève une interrogation profonde sur la signification du « naturel » et sur la manière dont l’homme s’approprie et transforme les matières qui l’entourent. La juxtaposition de la robustesse des pierres, témoins du passé et de la tradition, avec la modernité du polystyrène expansé, révèle une tension entre l’authenticité historique et la création humaine contemporaine.

Cette œuvre artistique pousse à réfléchir sur le moment précis où un matériau cesse d’être simplement « naturel » pour devenir une expression intentionnelle de la créativité humaine. Elle invite à considérer la façon dont l’homme manipule et façonne son environnement, remettant en question les frontières souvent floues entre ce qui est considéré comme naturel et ce qui résulte de l’ingéniosité humaine. En explorant cette dualité matérielle, l’œuvre engage le spectateur à repenser sa relation avec le monde matériel et à interroger les définitions traditionnelles de la nature et de la création artistique.