Z-gen, 2023

Crâne humain d’enfant, polystyrène.

 

Le crâne de cet enfant révèle un trou au niveau de son lobe frontal gauche, dévoilant la cavité interne. Cette dernière est occupée par du polystyrène expansé d’une blancheur éclatante, créant un contraste saisissant avec la teinte marron-rouille de l’os. Ce matériau plastique particulier symbolise la pollution aux microplastiques, des particules qui finissent par se retrouver dans nos organismes.

L’utilisation du polystyrène expansé sert à illustrer le phénomène de bioaccumulation, où les substances toxiques s’accumulent dans les tissus biologiques au fil du temps. Plus spécifiquement, pour les espèces en haut de la chaîne alimentaire, on parle de bioamplification. Cette représentation plastique au sein du crâne de l’enfant personnifie les générations futures, devenant ainsi le martyre symbolique de l’impact environnemental sur la santé humaine.

L’œuvre évoque une inquiétude profonde quant à l’héritage que nous laissons aux générations futures, soulignant les conséquences néfastes de la pollution plastique sur la santé humaine. Elle encourage à réfléchir sur la responsabilité collective envers l’environnement et à prendre des mesures pour atténuer l’impact dévastateur de la pollution plastique sur la vie sur Terre.