Lire la vidéo

Stéréocopie paradoxale des ambitions de Pluton, 2023

Ecrans LCD, , mac mini, aluminium.

 

Au cœur de cette œuvre novatrice se trouve une configuration intrigante : deux écrans LCD disposés verticalement et espacés par une lame d’air d’une dizaine de centimètres, chacun diffusant en alternance des images à prédominance rouge ou bleue. Encastrées dans une structure en aluminium, ces deux plaques de cristaux liquides interagissent de manière symbiotique, créant une harmonie visuelle unique. La blancheur de l’un laisse pénétrer la lumière entrante pour son homologue, tandis que la blancheur de l’autre permet la diffusion de la lumière du rétroéclairage, révélant ainsi l’image en surface.

Cette fausse stéréoscopie, bien que ne reposant pas sur une technique optique traditionnelle, parvient à révéler une profondeur captivante. La sculpture numérique résultante propose une expérience visuelle qui transcende les limites physiques des écrans LCD, transportant le spectateur dans un voyage perceptuel entre abysses et conquête de l’univers.

La profondeur de cette création réside non seulement dans son effet tridimensionnel, mais également dans le contenu symbolique qu’elle véhicule. Les images qui se succèdent semblent surgir de l’histoire elle-même, évoquant des époques que l’on croyait révolues, telles qu’Hiroshima et la guerre froide. De plus, la juxtaposition d’images de décollages de fusées pour la conquête spatiale et de missiles à visée létale crée une tension narrative, nous emmenant alternativement des profondeurs abyssales à l’exploration infinie de l’univers.

La dichotomie entre le bleu, symbole des événements terrestres, et le rouge, évoquant une aspiration martienne, enrichit la palette émotionnelle de l’œuvre. Cette dualité colorelle offre une interprétation visuelle des aspirations humaines, oscillant entre la conquête et la destruction, la fascination pour l’inconnu et la méfiance envers nos propres réalisations.

En fin de compte, cette œuvre transcende les frontières artistiques traditionnelles pour devenir un témoin poétique du paradoxe humain. Elle souligne notre capacité à créer des merveilles technologiques tout en nous rappelant le défi de maîtriser les conséquences de notre propre génie. En cela, elle incarne un reflet saisissant du tumulte de l’histoire, où l’homme, parfois dépassé par ses propres réalisations, se trouve à la fois architecte et victime de son destin.